Cherche tabac ou mort-au-rat bio sans pesticide, sans glyphosate, sans OGM, sans gluten

Cherche tabac ou mort-au-rat bio sans pesticide, sans glyphosate, sans OGM, sans gluten

Derrière ce titre volontairement drôle, se cache une dénonciation de la dérive anti science new age naturel avec l’appel du naturel qui serait systématiquement sain, alors que c’est plus complexe.

Une fraise naturelle bio ou du moyen-âge est forcément meilleure pour la santé !

Certains appellent à du vin bio et/ou sans pesticide : c’est totalement ridicule, l’alcool est la 2ème cause de décès en France avec environ 48 000 décès par an, soit autour de 140 morts par jour, et ce sont une majorité en France qui viennent du vin (3 millions de morts par an par alcool dans le monde, soit plus de 8200 par jour).

On peut boire vin et alcool, mais d’un point de vue santé, le moins possible sera toujours le mieux, et bien sur que l’alcool ou le tabac sont dangereux et mortels.

En fait, ce découpage naturel/chimique est ridicule et non scientifique : tout est composé de molécules, d’atomes et donc tout est chimique bien sur.

De plus, si vous regardez la composition d’une fraise même bio ou du moyen-âge en cliquant ici, il y a des éléments E236, E296, E160a, etc, une dizaine d’éléments de type E… que pourtant, beaucoup d’adorateurs de la nature fanatisés apprentis diététiciens nous disent de ne pas manger : faut-il arrêter de manger des fraises ?

Rappelons aussi que l’ail, les oignons, le chocolat, le cacao, le thé, le café sont mortels pour les chats : les humains doivent arrêter d’en consommer ?

En réalité, tout est mortel à partir d’un certain seuil : par exemple, l’eau est vitale, mais si on boit 10 litres d’eau en moins d’une journée, on va sans doute en mourir.

Variole et peste sont bien naturelles dans l’esprit de ceux faisant ce découpage et pourtant, elles ont tué des centaines de millions de personnes, et l’épidémie de peste juste après la 1ère Guerre Mondiale aura tué plus de monde que la guerre elle-même !

Le terme pesticide vient en particulier de là, littéralement tuer la peste.

La réalité des chiffres de la qualité des aliments

Bien sur, le goût est subjectif, mais si on regarde un point très concret qui est l’évolution du nombre d’intoxications alimentaires, on constate une nette amélioration dans le bon sens.

Ainsi, il y avait 15000 décès par an en 1950 d’intoxications alimentaires en France selon les chiffres de Dominique Bodin-Rodier et nous sommes actuellement à 250 environ en moyenne.

Bref, il y a bien 60 fois moins de décès liés à des intoxications alimentaires qu’avant malgré glyphosate, pesticide et agriculture conventionnelle dite intensive par ses détracteurs.

Et pourtant, beaucoup de personnes vantent la bonne alimentation du passé, des parents ou des grands parents.

Michel Serres le rappelle dans son livre avec titre ironique c’était mieux avant : le paysan ne faisait pas souvent appel au vétérinaire lorsqu’il était jeune dans les années 40, 50 et 60, et il avait souvent mal au ventre.

A lire aussi

Article mis à jour le

Auteur : Belkacem BENHAMMOU

Ingénieur Internet et statistiques de formation, bourse depuis 1997, liberté financière depuis 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.